Comment bien placer 10.000€ en 2021?

Economie & finance / 18 février 2021

Selon une estimation de la Banque de France, les Français ont épargné presque 130 milliards d’euros en 2020, dont 26,4 milliards dans le livret A. On peut donc légitimement se demander si on a adopté la meilleure stratégie d’investissement pour son argent personnel.

Cet article présente 3 exemples d’investissements concrets et chiffrés lorsqu’on a 10.000€ à investir et cela en fonction de son âge. 25 ans, 40 ans et 60 ans.

Avant de se plonger dans les chiffres, il est important de comprendre que chaque personne est unique, c’est pourquoi une bonne stratégie d’investissement passera par le respect de la règle Pro². Cette règle est la combinaison de son projet d’investissement et de son profil d’investisseur. Pour en savoir plus sur cette règle : Que faire de son épargne en 2021?

Enfin, gardons en-tête que moins on a d’argent à disposition, moins il faut prendre de risque avec cet argent. Prendre le risque de perdre tout ou partie de son petit capital afin de gagner 2/3% supplémentaires n’est pas la stratégie recommandé au sein de ces articles. Prudence et prise de risque au moment opportun.

25ans

10000 25ans

A cet âge, on commence sa carrière professionnelle, les revenus ne sont pas encore très élevés. C’est pourquoi, il faut donc s’orienter vers des placements sécurisés. La disponibilité des sommes épargnées est également important à cet âge, en cas de coup dur ou d’imprévu (travaux, achat voiture, etc.) il faut rapidement pouvoir retirer l’argent à moindre frais.

La majeure partie de l’argent sera donc placé sur des livrets règlementés, qui ne rapportent que très peu mais présentes l’avantage de laisser l’argent disponible à tout moment. Une partie des 10.000€ sera placée dans une assurance vie dit « fonds en euros », cela rapporte un peu plus que les livrets réglementés et le capital est souvent garanti. Contrairement aux idées reçues, l’argent peut être retiré à tout moment (même avant 8 ans).

On peut envisager d’autres stratégies plus risquées (assurances vie en unités de comptes, bourse, etc.) si les parents possèdent les moyens de subvenir au besoin en cas de perte de capital. Pour en savoir plus sur ces autres possibilités :

40ans

10000 40ans 1

Lorsqu’on passe la quarantaine on commence à envisager le futur et notamment la retraite. Comme pour l’exemple de 25 ans, avec cette somme relativement modeste il faut prioriser l’épargne de précaution. Le duo livrets règlementés/assurance vie sera à nouveau la stratégie recommandée.

Toutefois, une nouvelle facette de l’assurance-vie sera envisagée. L’assurance vie en unités de compte, qui est plus risqué (le capital n’est pas garanti). Cependant, dès lors que l’assurance vie sera ouverte pour plusieurs dizaines d’années, l’investissement est donc sur le long terme, le risque est ainsi dilué. L’assurance vie en unités de compte comporte l’avantage d’intérêts plus élevés (en moyenne 4 à 5% pour un profil dynamique) que l’assurance vie dit « fonds en euros ». Les assurances vie auront été ouvertes depuis plus de 8 ans, il sera donc possible d’y puiser, si nécessaire, à des conditions avantageuses.

60 ans

10000 60ans 1

Aux portes de la retraite, il n’est pas question de jouer avec son argent. La sécurité sera, la encore, le mot d’ordre. La stratégie sera celle du trio magique livrets réglementés/assurance vie fonds en euros/assurance vie en unités de compte.

Inutile de vider les comptes des assurances vie le jour de la retraite car la retraite est une longue période, en moyenne 20 ans, on peut donc encore bénéficier des intérêts si on laisse tout ou partie de l’argent. Certaines assurances vie possèdent une option « rente », ce qui permet d’obtenir un complément de revenu mensuel en puisant chaque mois dans l’épargne économisé depuis l’ouverture du contrat.

Kesako? De quoi s’agit-il?

Livrets règlementés : Livret A, LDDS, PEL, LEP, etc. sont des outils d’épargnes dont les taux de rendements et conditions d’utilisations sont fixés par l’État Français. Les intérêts sont relativement faibles mais bien souvent le capital est garanti par l’État (=sécurité). Il est possible de cumuler plusieurs livrets règlementés, cependant la multi détention du même livret est interdite.

L’assurance vie : L’assurance-vie est un contrat d’assurance qui permet de se constituer un capital en effectuant des versements libres ou programmés. Ces versements vont se capitaliser et éventuellement produire des intérêts (voire subir des pertes selon les supports choisis). Excellent produit d’épargne l’assurance vie permet de se constituer une épargne, préparer sa retraite, obtenir des revenus défiscalisés ou bien même protéger ses proches en cas de décès.

  • Les contrats mono-support en euros: Les versements sont investis sur des produits sans risque, telles que des obligations d’État, et revalorisés chaque année. Le capital investi est garanti à tout moment.
  • Les contrats multisupport (unités de compte): Los versement sont investis sur des produits sans risque mais aussi des produits liés à la bourse (obligations, actions, fonds, Sicav…), investis sur les marchés financiers. Plus risqué mais souvent plus rémunérateur.

En bref

10.000€ est une somme modeste. En partant du principe que cette somme représente la totalité du capital de l’épargnant, il faut limiter les risques de pertes, c’est pourquoi les stratégies présentées utilisent des placements connus et reconnus par de nombreuses institutions, y compris l’État Français. Cela dit, même pour des sommes bien plus conséquente, les livrets réglementés ainsi que l’assurance vie restent les piliers des placements de l’argent des Français, comme on peut le constater dans les stratégies d’investissements de 50.000€ et 300.000€.

Ce site Internet est fourni à titre d’information uniquement. Aucun contenu de ce site Internet ne constitue un conseil ou des recommandations de nature juridique, fiscale ou d’investissement. Les produits d’investissement décrits peuvent ne pas être disponibles et ne pas convenir à tous les investisseurs. De plus, les aspects fiscaux (niveaux, assiettes et abattements actuels) dépendent des circonstances propres à chaque individu, circonstances qui peuvent d’ailleurs évoluer au fil du temps. Il est déconseillé aux investisseurs d’investir dans les fonds s’ils n’en comprennent pas la nature ni leur niveau d’exposition au risque. Avant de prendre toute décision d’investissement, il convient d’obtenir un conseil indépendant auprès d’un professionnel compétent habilité, y compris pour les questions fiscales.

Partager :

Les commentaires sont fermés.

Julien Mendez

Ingénieur entrepreneur de 27 ans, passionné avant tout par l’économie, la finance et le business développement.

Vous souhaitez en savoir plus?

Par ici!

En savoir plus